SVBD – Notre Histoire

1929, la naissance du basket à Saint-Vallier

Le basket est né à Saint-Vallier en 1929 au sein de l’Étoile Sportive, société omnisport pratiquant surtout la gymnastique.

Peu après le club prit le nom de Jeanne d’Arc et après de timides essais, ses basketteurs se sont chaque année aguerris un peu plus, pour compter très vite parmi les meilleurs.

Ainsi 3 saisons consécutives, 1931-1932-1933, la J.A. fut Champion des Alpes Excellence et 3 années consécutives encore en 1940-1941-1942, elle champion Drôme-Ardèche Honneur.

Jusqu’à la libération, l’activité sportive fut un peu réduite par les événements, mais dès la saison 1944-45, les joueurs de la J.A. repartaient de plus belle avec trois équipes dont une de cadets qui devait faire parler d’elle et être à l’origine de l’essor du basket local, en s’octroyant pendant 3 ans les titres aussi bien en Drôme-Ardèche que ceux des Alpes.

Parallèlement en 1941, la 2ème société de gymnastique, le Gymnase de Saint-Vallier créait elle aussi une section basket qui progressait rapidement. Cette section fut mise en place par Robert BAYARD, puis le docteur Auguste DELAYE avec l’aide de ses fils.
Dès les années 50, la JA s’illustrait en remportant 4 titres sur 4 équipes avec à la clef la montée en promotion d’Excellence puis d’Excellence des Alpes en 1954.

En 1954, le Gym Saint-Vallier, managé par Pierre DUMONTEIL, devint Champion de France juniors UFOLEP face à la Chorale de Roanne, avec notamment Robert DELAYE, Michel VALLON et Daniel ROLLION (futur international).

Ensuite, en 1957, les cadets du Gym furent demi-finalistes du Championnat de France, avec notamment Paul DELAYE et Jean-Claude COSTE.

le temps des derbys

Cette marche en avant du Gym permit de voir en 1958, les deux formations se rencontrer pour un derby qui sera suivi de nombreux autres.

La saison 1965-66 marque le début de la J.A. en championnat de France, sous l’impulsion de Daniel ROLLION, un ex-joueur du Gym ayant fait les beaux jours du SA Lyon, en 1ère division. Ce sera une période faste pour la J.A. avec un titre de Champion de France FSF, contre Challans en 1966-67 suivi d’une en finale du même championnat de France FSF contre Vitré en 1967-68.

En 1971-72, les bleu et blanc échouent en finale du Championnat de France Fédérale contre Charleville mais se retrouvent en Nationale 2 grâce à l’apport de l’international Gérard MOROZE et de l’américain Larry ROBERTSON.

Les années 70 furent aussi très prolifiques pour le Gym avec notamment un titre de Champion de France UFOLEP en 1975. Notons également les arrivées de joueurs exceptionnels tels que Lamine M’BAYE, Philippe RECOURA, Doudou KAMARA, Bob ROTH, Marc MURRAY, Patrick CAZEMAJOU et bientôt, le Gym verra débuter le prodige Eric MICOUD, qui deviendra international.

Les 2 équipes ne sont pas toujours dans le même groupe, mais les deux formations de Saint-Vallier se sont tout de même rencontrées 37 fois entre les années 1958 et 1992 avec une égalité parfaite : 18 victoires chacune et 1 match nul.

L’apothéose de cette rivalité advint au terme de la saison 1980-81. Les deux équipes qui venaient toutes les deux d’être reléguées en nationale 3 voulurent se donner les moyens de la rejoindre rapidement.
D’un côté, il y avait le Gym, entraîné par Jacques BOULLE, de l’autre l’équipe de la J.A. qui était entraînée par un transfuge du Gym, Roland BARDELETTI. Les deux équipes ne furent pas placées dans la même poule, mais terminèrent première chacune de leur côté.
Après un premier tour qui ne sera qu’une formalité, ils se retrouvent en poule finale à Versailles. Chacune des deux équipes remportera leur demi-finale pour se retrouver le lendemain pour le premier derby de la saison en finale.
Le Gym remporta la finale face à la J.A et glana le titre de Champion de France Nationale 4 1981.

Cependant, si la J.A. et le Gym furent rivaux sur le terrain, certains joueurs des deux équipes défendaient ensemble les couleurs de l’entreprise locale, la Sarma, en championnat corporatif, en atteignant même une demi-finale de la coupe nationale. De plus les jeunes se retrouvaient sur les bancs au Collège de Saint-Vallier, en glanant des titres académiques .

1993, fusion et création du SVBD

Mais au fil des années le basket a changé avec l’arrivée des joueurs étrangers et dans chaque camp l’on peut voir évoluer de bons joueurs américains et africains. Si le niveau a considérablement évolué, la gestion financière est beaucoup plus importante et les 2 clubs locaux qui drainent aussi de nombreuses équipes de jeunes ont beaucoup de difficultés pour rester dans la course. C’est ainsi que la fusion des 2 formations saint-valliéroises intervient le 4 mai 1993, tout d’abord pour conserver un niveau enviable et peut-être viser un peu plus haut.

La fusion des 2 clubs donna naissance au Saint-Vallier Basket Drôme .

Ainsi, en 1993-1994, les Benjamins écrivent la première ligne du riche palmarès du SVBD en atteignant le dernier carré hexagonal. L’année suivante, en 1994-1995, les cadets obtiennent la 3ème place du championnat de France Groupe B. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, l’équipe fanion est sacrée en 1995, Championne de France Nationale 3 et accède à la Nationale 2 sous la direction du duo Pierre BOUVAREL – Daniel HAQUET, l’un des plus grands basketteurs français de tous les temps. A ses côtés, les Thierry BONNET, Raphaël CHARRO, Nicolas FOREL et consorts explosent. Lors des deux saisons suivantes, le spectacle monte d’un cran et le maintien est assuré notamment grâce aux renforts du polonais Yarek ZYSKOWSKY pour qui inscrire 40 points était un jeu d’enfants, puis de l’ardéchois au coeur fidèle Jean-Philippe COHEN d’une étonnante combativité et régularité qui restera 8 saisons consécutives. En 2000, les Minimes garçons sont ½ finalistes du Championnat de France.

Les campagnes suivantes se soldent par des classements plus ou moins heureux. Roger VALLON et Gaby PROT, ressentant un certain essoufflement et devant trouver un successeur au Président partant parviennent à convaincre Patrice PERICARD de prendre en mains la destinée du SVBD en 2001. Redoutant d’être peu disponible, il trouvera pourtant dès son entrée en fonction le temps de s’investir pleinement. Il arrive avec sa rigueur, son optimisme et des moyens financiers supérieurs. Les résultats n’attendent pas. Portée notamment par l’américain Troy NESMITH et coachée par Jean-Claude COSTE, revenu au club pour un long bail, l’équipe vainqueur de la poule A de N2 est promue en Nationale 1 lors de la saison 2002-2003.

9ème en 2003-04, le SVBD se classe 2ème ex-æquo les deux saisons suivantes échouant pour la montée au goal-average. En 2004, l’Ecole de MiniBasket est labellisée. En 2005, pour la première fois l’équipe 2 du SVBD monte en Nationale 3. En 2005-2006, si la montée échoue à un fil, le public enflammé et bigarré assiste à des rencontres d’anthologie dont la semaine historique du 14 février 2006 au cours de laquelle nos couleurs terrassent Roanne (ProA) en Coupe de France et Limoges, écuries estampillées Pro A. Benjamin THOMAS, le meneur autochtone, associé au virevoltant Olivier SULPICE et au scoreur Rasheed WRIGHT formeront un détonant et inoubliable triumvirat durant ces trois premières saisons en N1. Dorénavant, les supporters viennent de toute la Région Rhône-Alpes se régaler au Complexe des Deux Rives qui affiche complet chaque samedi soir. Le SVBD a désormais détrôné Diane de Poitiers dans l’identification nationale de notre ville.

2007, montée en ProB

En 2006-2007, l’équipe est remodelée à 70 % mais, dans le sillage de la doublette Renaud BROCHERAY – Camille DELHORBE, enchaîne les performances. Le 28 avril 2007, en surclassant Vanves à 4 journées de l’épilogue et après une saison exceptionnelle, Saint-Vallier devient Champion de France Nationale 1 et accède à la PRO B, un exploit unique dans l’histoire moderne du basket français. Outre la montée, le Groupe, insatiable, voulait le titre pour l’offrir aux bénévoles, supporters, collectivités et sponsors sans lesquels notre histoire serait différente.

La saison suivante, renforcés en cours de route par Malick BADIANE, le SVBD obtient son maintien en Pro B lors de l’ultime journée et dans une salle agrandie de son hémisphère sud. La commission sportive décide alors de confier le groupe professionnel à Laurent PLUVY, ancien International et coach néophyte qui restera 5 ans et demi sur les bords du Rhône. Le nouvel entraîneur apporte son professionnalisme et permet à certains joueur de se révéler comme l’artiste David DENAVE qui laissera une empreinte indélébile. Il contribuera grandement aux trois des six maintiens en PROB.

Lors de la saison 2009 / 2010, le SVBD effectue la plus grande saison de son histoire, échouant aux portes des play-offs en terminant 9ème, emmené par son duo d’américain Corey MCINTOSH et Amadi MCKENZIE.

Chez les jeunes aussi, les résultats sont exceptionnels. En 2009, les Minimes Filles terminent 4ème du Championnat de France. La formation Saint-Valliéroise trouve ainsi son apogée et puise sa légitimité avec les cadets France qui en 2010 remportent le titre de Champion de France D2. L’année suivante, les gamins récidivent en empochant un nouveau titre national en D1 baptisé Trophée du Président. Cette même année, le Centre de Formation est agréé.

Les saisons suivantes seront rythmées par le sempiternel refrain du maintien, seul objectif possible. En 2014, après sept ans en PRO B et plus de 90 victoires dont certaines de prestige contre Limoges et Pau notamment, le SVBD retrouve la troisième division, championnat le plus dense mais avec la ferme intention d’enchaîner les succès et de rejouer les premiers rôles comme au bon vieux temps sous la houlette de Jean-Sébastien CHARDON. Malgré le retour de l’icône Rasheed WRIGHT et la présence des fidèles Harry DISY et Jonathan HOYAUX, le SVBD échouera en 2015 en demi-finale des play-offs, et surtout en 2016 en finale à domicile contre Aix-Maurienne. La saison 2017-2018 sera marqué par deux événements : une victoire de prestige en Coupe de France face à Cholet (Pro A) et Romain MARQUES qui remporte le Challenge Benjamins de la FFBB.

2021, le retour en ProB

Après plusieurs saisons à jouer les premiers rôles, la saison 2020-2021 restera historique pour le club toujours présidé par Patrice PERICARD. Les conditions imposées par la crise sanitaire de la COVID-19, oblige l’équipe a joué tous ces matchs à huis-clos et les supporters à suivre les rencontres derrière leurs écrans ! Sur le plan sportif, l’équipe du coach Philippe NAMYST va réaliser une saison exceptionnelle avec un bilan de 24 victoires et 2 défaites, le titre de Champion de France NM1 et la montée en PRO B.

Et maintenant, l’Histoire continue…